Histoire gore

L'éther et une flamme ne font pas bon ménage. C'est ce qu'ont vérifé deux étudiants. Ils sont restés quelques jours à l'hosto et plusieurs semaines sans labo !!!!

Designed by:
SiteGround web hosting Joomla Templates
calculs d'incertitude Imprimer

Calculs d’incertitudes

 

Méthodes

Il existe plusieurs façons d’effectuer ces calculs.

            -) Méthode A : basée sur la répétabilité, elle permet d’obtenir l’erreur sur une donnée suivant la formule :

 où u1-a correspond au coefficient de réponse (1,96 pour un risque de 5%), s l’écart-type et n le nombre de dosages. Cette méthode permet de calculer très rapidement l’erreur associée à une donnée, mais la mise en œuvre de la répétabilité demande, par contre, beaucoup de travail : regroupement de laboratoire pour avoir un grand nombre d’analyses faites avec le même protocole (normes), utilisation d’éléments statistiques.

Exemple : Lors de la mise en place d'un protocole d'analyse, une caractéristique a été analysée 50 fois. On peut calculer la moyenne de ces 50 valeurs (X/) et l'écart-type de ces 50 valeurs (s). On a alors la valeur de la répétabilité r : r = 1,96.s/2,77. Lorsque l'on analyse par la suite cette caractéristique (par exemple lors d'un suivi de production), on suit l'organigramme (fig. 1) pour connaître le nombre d'analyses nécessaires à effectuer pour être répétable. On obtient alors n (valant 2, 3 ou 4).

 

            -) Méthode B : le calcul repose sur la propagation de l’erreur => elle fait appel à la notion de précision dans la manipulation, le matériel, ... . Les éléments de statistiques n’interviennent pas.

C’est néanmoins la méthode B qui est la plus couramment utilisée (laboratoire de petite capacité), et c’est sur elle que nous allons nous attarder. Pour calculer une propagation d’erreurs, il existe plusieurs façons : méthode dite logarithmique, méthode quadratique ; la méthode dite logarithmique est la plus simple mais présente l’inconvénient de surestimer l’erreur ;  la quadratique est la plus juste mais plus longue.

 

Exemple : titrage de A par B (0,1000 M) ; verrerie de classe A : VA = 25 ml et VB = 22,3 ml (valeur médiane).

nA = nB => CAVA = CBVB (stoech. 1/1) => CA =
 

A mémoriser

hotte.jpg

Conseil :

On ne force jamais sur une vanne!

Sondage

Vous cherchez des infos sur....
 

Vous êtes combien?

Nous avons 9 invités en ligne