Histoire gore

Et cet étudiant, à la recherche de ses ions, qui mélange cuivre et acide nitrique SANS ETRE SOUS LA HOTTE !!! De belles volutes rousses, mais c'est pas bon du tout pour les poumons !!!!

Designed by:
SiteGround web hosting Joomla Templates
calculs d'incertitude Imprimer

Calculs d’incertitudes

 

Méthodes

Il existe plusieurs façons d’effectuer ces calculs.

            -) Méthode A : basée sur la répétabilité, elle permet d’obtenir l’erreur sur une donnée suivant la formule :

 où u1-a correspond au coefficient de réponse (1,96 pour un risque de 5%), s l’écart-type et n le nombre de dosages. Cette méthode permet de calculer très rapidement l’erreur associée à une donnée, mais la mise en œuvre de la répétabilité demande, par contre, beaucoup de travail : regroupement de laboratoire pour avoir un grand nombre d’analyses faites avec le même protocole (normes), utilisation d’éléments statistiques.

Exemple : Lors de la mise en place d'un protocole d'analyse, une caractéristique a été analysée 50 fois. On peut calculer la moyenne de ces 50 valeurs (X/) et l'écart-type de ces 50 valeurs (s). On a alors la valeur de la répétabilité r : r = 1,96.s/2,77. Lorsque l'on analyse par la suite cette caractéristique (par exemple lors d'un suivi de production), on suit l'organigramme (fig. 1) pour connaître le nombre d'analyses nécessaires à effectuer pour être répétable. On obtient alors n (valant 2, 3 ou 4).

 

            -) Méthode B : le calcul repose sur la propagation de l’erreur => elle fait appel à la notion de précision dans la manipulation, le matériel, ... . Les éléments de statistiques n’interviennent pas.

C’est néanmoins la méthode B qui est la plus couramment utilisée (laboratoire de petite capacité), et c’est sur elle que nous allons nous attarder. Pour calculer une propagation d’erreurs, il existe plusieurs façons : méthode dite logarithmique, méthode quadratique ; la méthode dite logarithmique est la plus simple mais présente l’inconvénient de surestimer l’erreur ;  la quadratique est la plus juste mais plus longue.

 

Exemple : titrage de A par B (0,1000 M) ; verrerie de classe A : VA = 25 ml et VB = 22,3 ml (valeur médiane).

nA = nB => CAVA = CBVB (stoech. 1/1) => CA =
 

A mémoriser

Corrosif.jpg

Conseil :

On chauffe toujours la surface libre d'un liquide et non pas le fond du tube à essai qui le contient!

Sondage

Vous cherchez des infos sur....
 

Vous êtes combien?

Nous avons 11 invités en ligne